Travaux de rénovation en copropriété : 3 primes à connaître pour alléger vos frais !

Les travaux de rénovation en copropriété peuvent souvent s’avérer imposants pour l’ensemble des propriétaires. Et ce, tant au niveau financier qu’administratif.
De tels travaux sont en effet généralement conséquents et ne laissent qu’une infime marge de manœuvre aux propriétaires qui désirent s’en sortir à moindre coût.
Bien que certains changements en termes de performance énergétique soient prévus pour 2025, des primes et subsides sont disponibles.

Durcissement de la stratégie de rénovation bruxelloise

La stratégie de rénovation bruxelloise va rendre l’établissement d’un certificat PEB (Performance Énergétique des Bâtiments) obligatoire pour l’ensemble des logements anciens au plus tard en 2025. Et ce, même si aucune vente ou location n’est prévue.
Ce nouveau PEB sera toujours établi en vue de déterminer le niveau de performance énergétique des bâtiments selon une classification allant de A à G. Il sera cependant assorti d’une liste de 5 mesures prioritaires à mettre en œuvre afin que les bâtiments en question atteignent un certain niveau de performance énergétique maximum pour 2050 au plus tard.

Des enjeux de taille pour les copropriétés

Ces travaux à effectuer pourront concerner l’isolation des façades, des caves et de la toiture d’un bâtiment ou encore le remplacement du système de chauffage ou des fenêtres. La majorité des travaux de performance énergétique d’un bâtiment ayant donc trait aux parties communes d’un immeuble, les syndic de copropriétés jouent un rôle essentiel. C’est en effet à ces derniers que revient la mission de prévoir les budgets nécessaires, d’organiser les travaux et d’en assurer le suivi.
prime en cas de travaux dans une copropriété

Des aides financières disponibles

Il existe trois primes disponibles à différents niveaux :

Les primes d'énergie :

Ces primes sont valables tant pour les logements individuels que collectifs au niveau régional. Elles peuvent couvrir les travaux suivants :

  • Les frais liés à des études énergétique à hauteur de 50 à 70% des dépenses,
  • Les travaux de ventilation et d’isolation à hauteur de 20 à 50 € du m2 (prime de 15 €/ m2 pour les isolants naturels),
  • Les travaux relatifs au chauffage ainsi qu’au système de chauffe-eau solaire.

Les primes de rénovation :

Egalement accessibles au niveau régional, ces primes sont valables pour l’ensemble des travaux générant des économies d’énergie pour les bâtiments de plus de 30 ans. Il peut par exemple s’agir d’un traitement contre l’humidité, de travaux d’isolation thermique, de chauffage ou encore de ventilation.

Les primes communales et fédérales :

Selon les communes, des aides supplémentaires sont disponibles. Les primes communales et fédérales sont toutefois conditionnées à l’obtention préalable d’une prime Rénovation ou d’une prime Énergie. Tous les renseignements nécessaires quant à ces primes sont accessibles auprès du service d’urbanisme de chaque commune.

À noter : si vous effectuez des travaux de rénovation dans un bâtiment de plus de 10 ans, vous bénéficiez également d’un taux de TVA à 6% en place de celui habituel de 21%.

Des primes cumulables !

L’ensemble des primes citées ci-dessus sont cumulables. Cependant, la somme de la prime Rénovation et de la prime Énergie ne dépassera jamais 90% du montant total induit par les travaux effectués.